webleads-tracker

Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

Etre un bon leader et dirigeant d’entreprise requiert de l’expérience, des compétences, du savoir-faire mais aussi et surtout du savoir-être. La clé du succès réside dans un juste équilibre entre réussite de la société et bien-être des salariés. A ce titre, plusieurs figures historiques, littéraires, scientifiques ou même sportives font office de cas d’école.

Savoir s’entourer

 « L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs. » Cette citation de John Fitzgerald Kennedy a le mérite d’être claire. Un bon dirigeant doit avoir du « flair » et savoir repérer les talents. La gestion des ressources humaines doit cependant aller plus loin.

En effet, un chef d’entreprise doit aussi accepter de se confronter à des regards neufs. La diversité des expériences et des points de vue constitue une véritable richesse pour l’entreprise. Recruter des profils divers est bénéfique car la mise en parallèle des idées et l’émulation interne font très souvent naître de bonnes décisions. Il s’agit d’adapter l’entreprise à un monde en perpétuel changement en challengeant ses compétences internes.

Partager le pouvoir

 Conséquence logique du premier point, un bon leader sait former, valoriser ses collaborateurs et faire ressortir leur potentiel. En outre, il n’hésite pas à déléguer des tâches importantes et valorisantes à ses n-1, sans se sentir menacé dans son autorité. L’objectif est de créer de l’unité et de renforcer l’esprit d’équipe au sein de l’entreprise.

L’archétype du dirigeant omniscient ne fait plus recette, en particulier auprès des nouvelles générations en constante quête de transparence et de sens. La clé du succès ? La co-décision : celle-ci permet de remporter l’adhésion des salariés et de faciliter la mise en place des actions. L’avis de Bill Gates sur la question ? « Lorsque l’on regarde en avant, vers le siècle prochain, les leaders seront ceux qui donnent des pouvoirs aux autres ». Tout est dit.

Valoriser les bons éléments

Dans le monde concurrentiel de l’entreprise, il est indispensable de motiver les « troupes » et de générer fidélité et dévouement.  La valorisation des salariés passe notamment par la notion de récompense en cas d’atteintes des objectifs.

Sur ce point, Alexandre le Grand est un bon exemple de « coach » puisqu’il a mis en place un système de récompenses et d’honneurs, destinés aux meilleurs éléments pour encourager leur bravoure. Napoléon Bonaparte quant à lui, a créé la Légion d’honneur pour décorer ses soldats les plus méritants. Ces personnages historiques ne sont pas toujours des modèles de leaders irréprochables considérant certains de leurs travers tyranniques et leur soif de pouvoir, mais ceci est un autre sujet.

Avoir des attentes claires et mesurables 

 Le dirigeant doit donner une signification profonde aux projets, leur donner du sens, puis indiquer la direction à prendre avec des jalons progressifs, ciblés à court, moyen et long termes. Il s’agit d’apaiser les esprits des collaborateurs en apportant une vision et un cap à suivre.

Antoine de Saint-Exupéry a fait ressortir cette notion dans son œuvre la plus emblématique Le Petit Prince. Le personnage de l’allumeur de réverbères se réfère à la consigne qui lui est dictée sans en connaître la finalité. Sa tâche est répétitive, éreintante et inutile : il doit allumer puis éteindre à chaque minute son réverbère. Au sein d’une entreprise, ce manque de sens se répercute sur le bien être des salariés, et par là même sur leurs résultats.

Privilégier l’humain

Contrairement à certaines idées reçues, la clé du succès d’une entreprise ne repose pas uniquement sur les chiffres. Il est nécessaire de se concentrer sur chaque employé, sur son style de travail et sur ses objectifs personnels, en essayant, autant que possible, de les faire coïncider avec les objectifs généraux de production.

Sur ce point, l’exemple du sport permet d’éclairer les bonnes pratiques à reproduire en entreprise. Brad Stevens, coach des Celtics de Boston, équipe mythique du championnat NBA, a récemment permis à son équipe de réaliser le meilleur début de saison de son histoire. Sa philosophie ? « Je pense que l’on peut vraiment coacher les gens, et même être critique de manière constructive, si on leur montre que l’on s’investit en eux en tant que personne ». Sa recette du succès : analyser l’identité de ses joueurs et les coacher de façon personnalisée.

Rester curieux et innover

La réussite d’une entreprise réside en grande partie dans la capacité de ses dirigeants à savoir se challenger et innover. Plutôt que de subir les changements inhérents au secteur d’activité, il convient de les appréhender et de repérer les bonnes pratiques de la concurrence pour les reproduire, voire même les dépasser. Isaac Newton lui-même attribue une part de ses succès à sa curiosité naturelle : « Si j’ai vu plus loin, c’est en montant sur les épaules de géants ».

Afin d’assurer une conduite du changement optimale, le manager doit mobiliser ses équipes et encourager leur adaptabilité, la valoriser. Chaque collaborateur doit être rassuré et aucune population de l’entreprise ne doit être oubliée. Une communication appropriée en interne est en ce sens indispensable pour transformer toute éventuelle forme de résistance en opportunité.

Besoin de plus d'information sur nos solutions ?
Envie de rejoindre l'équipe Ellisphere ?

CONTACTEZ - NOUS

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de protection des données pour plus de détails.