webleads-tracker

Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

A fin avril 2018 et sur 12 mois glissants, les défaillances d’entreprise – ouvertures de redressement judiciaire et de liquidation judiciaire directe – reculent de 5,7 %, confirmant ainsi la décrue amorcée depuis 2 ans. A fin avril, 52 210 entités françaises métropolitaines ayant déposé leurs bilans sont dénombrées dont 71 % passées directement en liquidation judiciaire. Moins d’un tiers d’entre-elles a donc pu bénéficier du sursis offert par le redressement judiciaire.

Comme observé depuis le début de l’année 2018, les effectifs menacés par les défaillances continuent de progresser.  A fin avril 2018 et sur 12 mois glissants, la hausse est de 2 %. Elle est de 8 % depuis début 2018 par rapport à la même période 2017. Cette évolution s’explique par la hausse persistante des défaillances d’entreprise de plus de 100 salariés (+ 27,6 % sur un an). En avril 2018, le volailler Doux, avec plus de 900 salariés, est venu grossir la liste. Pour l’heure, une entreprise défaillante compte trois salariés en moyenne ; un niveau stable depuis 2009.

Sur 13 régions étudiées, seule la Bourgogne-Franche-Comté enregistre une progression de 1 % des défaillances sur un an. A l’inverse, les plus importants reculs (supérieurs à 10 %) sont notés dans le Grand-Est et  Nouvelle Aquitaine.

Sur l’ensemble des secteurs d’activités, Transport & Logistique connaît le plus mauvais résultat avec une hausse de 4,2 % de ses défaillances – la défaillance la plus notable en avril 2018 touchant les Ets DOMINIQUE PRUDENT, spécialiste du transport frigorifique, placé en redressement avec 561 salariés. Vient ensuite, dans une moindre mesure, le secteur de la Distribution avec une hausse des défaillances d’entreprise de 0,3 %.

Coté procédures de sauvegarde, cette même tendance à la baisse se confirme avec un recul, plus marqué, de 17,8 % sur un an, soit 1 133 entités ayant engagé des négociations avec leurs créanciers. Toutefois, à l’inverse de ce qui est noté pour les redressements et liquidations judiciaires, la baisse des effectifs menacés se poursuit pour les procédures de sauvegarde (- 6,8 % sur un an). Toutefois, le ratio moyen d’effectifs par entreprise progresse à 47 salariés, demeurant ainsi plus élevé que pour les redressements et liquidations judiciaires (trois salariés en moyenne par entreprise défaillante).


Pour plus d’informations sur ces statistiques pole_statistiques_economiques@ellisphere.com

Besoin de plus d'information sur nos solutions ?
Envie de rejoindre l'équipe Ellisphere ?

CONTACTEZ - NOUS

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de protection des données pour plus de détails.