webleads-tracker

Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

En ce début d’année 2018, Ellisphere dresse un état des lieux des défaillances d’entreprise pour l’année écoulée.
Entretien avec Franck Paquotte, chargé d’études et de partenariats au Pôle d’études économiques d’Ellisphere.
De façon générale, comment ont évolué les défaillances au cours de l’année 2017 ?

La baisse des défaillances – ouvertures de redressements judiciaires et de liquidations judiciaires directes – était déjà engagée en 2016 avec – 7,7 %. La décrue s’est largement poursuivie en 2017 avec un recul de 6,5 % en année pleine, soit 53 463 défaillances. Cette évolution ramène le volume de défaillances en-dessous du pic enregistré en 2009 avec plus de 60 000 défaillances.

Ce retrait de la sinistralité s’accompagne d’un allègement du coût économique des défaillances. Ainsi, les encours auprès des fournisseurs des entreprises défaillantes ont baissé de 8,9 %, et les encours des crédits accordés par les établissements financiers à ces mêmes entreprises défaillantes ont diminué de 4,9 %.

En 2017, l’ensemble des entreprises défaillantes représentait un chiffre d’affaires global de 16,7 milliards d’euros contre 17,9 milliards un an plus tôt, soit un recul de 7,2%. Enfin, les défaillances menaçaient près de 152 400 postes salariés en 2017. Ce chiffre est cependant en recul de 7 % après deux années consécutives de hausse. Une bonne nouvelle pour l’emploi, en corollaire de la baisse des défaillances …

Quels types d’entreprise sont les plus touchés par les défaillances ?

En 2017, l’entreprise défaillante demeure essentiellement une TPE (Très Petite Entreprise). Ainsi, 91 % des entreprises défaillantes salariaient moins de dix personnes et 95,6 % enregistraient un chiffre d’affaires inférieur à deux millions d’euros. A l’inverse, les PME (Petites et Moyennes Entreprises), ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) et Grandes Entreprises ont mieux résisté. Enfin, les sociétés commerciales constituent encore l’essentiel des défaillances avec 77,3 %, suivies  des entreprises individuelles avec 18 %.

Les entreprises touchées étaient également souvent des créations récentes, 42,5 % étaient âgées de moins de cinq ans, et pour un quart d’entre elles entre cinq et dix ans.

Quels secteurs d’activités sont les plus concernés par les défaillances ?

En 2017, le trio de tête demeure inchangé par rapport à l’année précédente : le BTP cumule près de 28 % des défaillances, suivi des Services aux particuliers (18 %) et des Services aux entreprises (9 %). Ces trois secteurs représentent ainsi 55 % des ouvertures de jugements enregistrées en 2017 contre 57 % en 2016.

Toutefois, la reprise des carnets de commandes dans le BTP en 2017 a soutenu l’activité du secteur pour lequel la baisse des défaillances (- 12,1 %) est l’une des plus importantes enregistrées sur l’ensemble des secteurs d’activités. L’embellie économique a également profité aux Services aux Entreprises et aux Services aux particuliers où les défaillances sont en repli, respectivement de – 8,2 % et – 7,7 %.

A l’opposé, sept secteurs d’activités ont vu leurs niveaux de défaillances progresser en 2017 : l’Agroalimentaire, l’Agriculture & Pêche, les Biens d’équipement industriels, la Distribution, le Transports & Logistique, la Pharmacie et les Produits minéraux et la Chimie. Ces deux derniers présentent les augmentations les plus importantes, respectivement + 6,6 % et + 7 %.

Quels secteurs d’activités ont été les plus atteints par le coût social des défaillances ?

Les trois secteurs d’activités enregistrant le plus de salariés menacés par les défaillances restent inchangés : BTP, Services aux particuliers et Services aux entreprises qui cumulent ainsi 49 % des effectifs menacés par la totalité des défaillances tous secteurs d’activités confondus. Toutefois, sur la période étudiée, ces trois secteurs bénéficient d’un repli significatif du nombre d’effectifs menacés (entre – 7,6 et – 11,2 %).

En 2017, les secteurs où le coût social des défaillances a le plus baissé sont les Biens d’équipement du foyer et l’Energie, avec respectivement  – 37,4 et – 36,6 %.

A l’opposé, sept secteurs d’activités ont enregistré une hausse de la menace sur leurs emplois : la Distribution, les Métaux, les Services financiers, les Médias & Loisirs, la Pharmacie, l’Agroalimentaire et les Télécommunications. Pour ces deux derniers, les progressions étaient fortes, respectivement de + 50,7 % et + 80,2 % en 2017.

Quel bilan régional pour les défaillances ?

En 2017, quatre principaux bassins économiques français cumulent la majorité des défaillances métropolitaines, à savoir 54,7 % : l’Ile-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et l’Occitanie.

Sur l’exercice écoulé, toutes les régions métropolitaines ont enregistré des reculs de défaillances. Certains replis forts timides, comme pour la région PACA (- 0,2 %) et d’autres bien plus marqués, supérieurs à 10 %,  comme pour la Nouvelle Aquitaine, la Corse et les Hauts-de-France.

Quelles sont les régions où les effectifs salariés sont les plus menacés ? 

En 2017, trois régions cumulent près de 51 % des effectifs menacés par les défaillances : l’Ile-de-France pour 30,4 %, l’Auvergne-Rhône-Alpes pour 11,1 % et la région PACA pour 9,1 %. La quatrième place est occupée par les Hauts-de-France, qui avec la Corse, est l’une des seules régions où l’impact des défaillances sur les effectifs progresse (+ 0,8 %). A l’inverse, la courbe s’est nettement inversée pour le Centre-Val de Loire, la Bretagne, les Pays de la Loire et la Bourgogne-Franche-Comté où le recul des emplois menacés est supérieur à 20 %.

Quelques mots en conclusion…

Après 2016, l’année 2017 confirme la baisse des défaillances en France métropolitaine. Moins de disparitions d’entreprise est toujours un signal positif fort pour l’économie en général, et pour l’emploi en particulier.

Toutefois, cette tendance baissière doit absolument s’inscrire dans la durée pour que l’économie française en tire pleinement profit.

 

L’expertise d’Ellisphere

Héritière de 120 années d’innovations, Ellisphere est la référence de l’information décisionnelle en France et à l’international via le réseau BIGnet. Ainsi, Ellisphere accompagne et sécurise les prises de décisions des acteurs économiques – entreprises et financeurs – en leur délivrant de l’information économique et financière sur leurs partenaires commerciaux. Ces solutions d’information permettent aux acteurs économiques de faire face à leurs multiples enjeux, qu’il s’agisse de conquérir de nouveaux clients, de maîtriser leurs risques ou encore de se conformer à la réglementation. L’expertise des collaborateurs d’Ellisphere contribue à développer des solutions innovantes, notamment en scoring, analyse financière ou notation privée.

Besoin de plus d'information sur nos solutions ?
Envie de rejoindre l'équipe Ellisphere ?

CONTACTEZ - NOUS

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de protection des données pour plus de détails.