webleads-tracker

Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

Face à la dématérialisation du livre avec l’émergence du numérique et plus récemment de l’audio, la vente de livre papier s’érode de 1 à 2 % depuis plusieurs années. Les différents acteurs de la filière sont impactés et peinent à s’adapter.

L’Imprimerie de labeur toujours en difficulté

A fin janvier 2019, 5 300 imprimeries de labeur sont dénombrées ; une population en recul de 3,4 % en 2018, pour un secteur qui emploie 33 400 salariés. L’impression de livre n’arrive qu’en 5ème position avec 5 % du chiffre d’affaires total du secteur. Environ un quart des imprimeurs travaille pour l’édition, dédiant tout ou partie de leurs presses au livre, mais la concurrence est rude ; 30 à 40 % des livres français sont en effet imprimés à l’étranger.

Structurellement, 71 % des acteurs de l’Imprimerie sont des sociétés commerciales contre 28 % d’entreprises individuelles. Si la filière est mature, elle reste peu concentrée. 78 % sont des TPE* qui ne cumulent que 19 % des effectifs. Les 15 % de PME** du secteur représentent la masse salariale la plus importante avec 70 % des effectifs. L’Imprimerie compte très peu d’ETI*** et aucune Grande entreprise****, ces dernières ne générant que 10 % du chiffre d’affaires global.

Au plan régional, l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes cumulent le plus d’entreprises, d’effectifs et de chiffre d’affaires du secteur.

Le nombre de défaillances d’imprimeries est en recul, passant en 2018 sous les 100 entreprises défaillantes par an (- 20 % sur un an), mais menacent tout de même 1 200 postes salariés. Par ailleurs, rapporté à la population d’entreprises actives, le taux de défaillance reste significatif à 1,7 % en 2018 contre 0,6 % en moyenne nationale.

Les Editeurs de livres, un secteur concentré

Le secteur du livre est la première industrie culturelle en France, devant l’édition musicale et le cinéma. Les deux premiers groupes d’édition, Hachette et Editis, totalisent environ 35 % des ventes de livres et les douze premiers éditeurs près de 80 %. L’édition française se caractérise néanmoins par l’existence de nombreux acteurs indépendants à l’offre éditoriale variée.

Le secteur compte actuellement environ 6 100 entreprises pour 13 700 salariés. En 2018, la population est quasi-stable (- 0,6 %), composée à 48 % de sociétés commerciales et à 37 % d’entreprises individuelle. 50 % des acteurs économiques ont plus de 10 ans d’existence. La population d’entreprises est géographiquement concentrée en Île-de-France qui comprend 46 % des entreprises et 88 % des effectifs salariés de l’activité, plus spécifiquement sur Paris et les Hauts-de-Seine.

En 2018, le nombre de défaillances dans le secteur passe sous la barre des 50 entreprises, avec un net recul de 21,5 % sur un an, pour un taux de sinistralité de 0,7 %. L’impact social reste limité avec 149 postes salariés menacés. 93 % des éditeurs défaillants sont des TPE.

Les libraires détaillants sur le déclin

En France, le nombre total de points de vente du livre (librairies, grandes surfaces culturelles et grande distribution) se situe autour de 20 000 à 25 000. Sur ce total, 15 000 ont une activité régulière de vente de livres et seuls 4 100 points de ventes sont des libraires détaillants en magasin spécialisé.

Face à la puissance des grandes surfaces, à l’augmentation des achats internet via Amazon en particulier, ainsi que de l’émergence du livre numérique et audio, cette population de libraires indépendants est en recul constant depuis plusieurs années, dont près de – 3% entre 2017 et 2018. Les acteurs restent essentiellement de petites tailles, près de 88 % sont des TPE. Ils sont souvent anciens sur la place, 55 % ont plus de 10 ans d’existence. Géographiquement, l’Île-de-France, l’Auvergne-Rhône-Alpes et la Nouvelle-Aquitaine sont parmi les mieux lotis en nombre de libraires, en effectifs et chiffre d’affaires, avec un effet « capitales régionales » (Paris, Lyon, Bordeaux).

La sinistralité des libraires spécialisée reste stable. En 2018, 52 ont fait défaut. La mise en redressement judiciaire de l’éditeur franchiseur France Loisirs, fin 2017, a impacté un certain nombre de ses affilés. Les défaillances menacent 230 postes salariés. Elles touchent également les plus petites structures, 91 % étant des PME. L’évolution des défaillances est à la hausse début 2019.

* Entreprises de – de 10 salariés et de – 2 millions de chiffres d’affaires ou de total de bilan
** Entreprises entre 10 et 250 salariés, chiffre d’affaires inférieur à 50 millions d’euros ou un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros
*** Entreprises de 250 et 4999 salariés, chiffre d’affaires n’excédant pas 1,5 milliards d’euros ou total de bilan n’excédant pas 2 milliards d’euros
****Entreprises de plus de 5000 salariés, de 1,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires et de 2 milliards d’euros de total de bilan

Étude et article réalisé par le Pôle économique d’Ellisphere
Pour plus d’informations sur ces statistiques pole_statistiques_economiques@ellisphere.com

Besoin de plus d'information sur nos solutions ?
Envie de rejoindre l'équipe Ellisphere ?

CONTACTEZ - NOUS

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de protection des données pour plus de détails.