LA REVUE ELLISPHERE

Au programme cette semaine !

Déconfinement : le rebond de la consommation des français se confirme

La dette des entreprises, un enjeu crucial de la sortie de crise

Le tourisme et le transport aérien amorcent une reprise en Europe

DECONFINEMENT, LE REBOND DE LA CONSOMMATION DES FRANCAIS SE CONFIRME

On pouvait s'en douter mais les premiers indicateurs le confirment. Le rebond de la consommation à la réouverture des commerces non essentiels le 19 mai dernier semble vigoureux, les Français ayant la fièvre acheteuse et les poches pleines. Selon les chiffres du groupement des cartes bancaires (GIE CB), les dépenses par cartes dans les magasins ont bondi de 20% lors des quatre premiers jours de réouverture par rapport à la même époque de 2019, dernière année "normale" avant la crise. L'appétit de consommer s'est surtout observé lors du premier jour avec, par exemple, +186% de dépenses par cartes (physiques ou via le mobile) dans les articles de sport, +165% dans l'horlogerie et la bijouterie, +146% dans les jeux, jouets et articles de loisir ou encore +106% dans l'habillement.

Certains secteurs sont moins concernés comme la restauration rapide, star du confinement qui ne progresse que de 4% le 19 mai. Quant aux restaurants ouverts que très récemment, ils étaient encore en recul de 20% par rapport au 19 mai 2019.

LE TOURISME ET LE TRANSPORT AERIEN AMORCENT UNE REPRISE EN EUROPE

Un vent d’optimisme comme on n’en avait pas vu depuis longtemps souffle dans le transport aérien et le tourisme. Certes, il ne s’agit que d’une brise très légère. Mais elle met du baume au cœur des professionnels du secteur après plus d’un an de mauvaises nouvelles.  Il y a quelques jours, LATA, qui regroupe 280 compagnies aériennes dans le monde, revoyait à la hausse ses prévisions de trafic pour cette année : l’organisme table désormais sur 52 % de l’activité réalisée en 2019 alors qu’en janvier il s’attendait à faire au mieux 38 %.

Surtout, l’Europe, qui jusqu’ici était à la traîne de cette reprise, en perçoit enfin les premiers effets. «La semaine 20 (du 17 au 23 mai, NDLR) a enregistré une importante augmentation du trafic, qui est passé au-dessus de 40 % par rapport aux niveaux de 2019, avec pour vendredi, le jour le plus actif de cette année : 15 561 vols», a tweeté Eamonn Brennan, directeur général d’Eurocontrol qui suit à la loupe les mouvements dans le ciel européen.

LA DETTE DES ENTREPRISES,  UN ENJEU CRUCIAL DE LA SORTIE DE CRISE 

Les nuages au-dessus de l'économie se dissipent un peu. Avec l'accélération de la vaccination et la réouverture progressive de la plupart des secteurs, l'optimisme regagne les milieux économiques et financiers après un an et demi de vagues épidémiques et de confinements à répétition. Dans ce contexte plus favorable, la situation financière des entreprises semble relativement préservée. Selon une note de la Banque de France consultée par La Tribune, la dette nette des entreprises a diminué au cours du premier trimestre d'environ 6 milliards d'euros. La trésorerie des entreprises a augmenté plus vite que leur dette brute.

Sur un an, la dette nette est demeurée quasiment au même niveau avec un encours de 996 milliards à la fin du premier trimestre 2021 contre 993 milliards fin 2019, alors que l'économie tricolore a traversé une violente crise historique. Si la dette brute des entreprises s'est envolée au cours de l'année 2020 en raison notamment des prêts garantis par l'Etat (PGE), beaucoup d'entreprises ont eu "un comportement de précaution" rappellent les banquiers centraux.

CONTENUS

PLUS DE

PODCAST : QUELLES PRIORITES POUR LA RSE EN 2021 ?

TOUT SAVOIR SUR LA CRYPTOMONNAIE

Episode 1 du Rendez-Vous Ellisphere : La RSE, une politique volontariste