LA REVUE ELLISPHERE

Au programme cette semaine !

Devoir de vigilance : les entreprises sont de plus en plus poursuivies en justice par des ONG

Investissements directs étrangers : la France trop dépendante de l’Europe ?

Les entreprises veulent recruter et craignent des pénuries de personnel

DEVOIR DE VIGILANCE : LES ENTREPRISES SONT DE PLUS EN PLUS POURSUIVIES EN JUSTICE PAR DES ONG

C’était il y a quatre ans. La France, pionnière en la matière, adoptait une loi obligeant les entreprises à prévenir les risques sociaux, environnementaux et de gouvernance liés à leurs chaînes de sous-traitance. Après deux ans de rodage, le temps du contentieux est venu. Depuis 2019, le cabinet De Gaulle Fleurance et Associés comptabilise 11 procédures fondées sur le devoir de vigilance. "Il y a une vraie montée en puissance. On n’est pas sur une loi cosmétique", plaide Pierrick Le Goff, principal auteur du rapport publié fin mai par le cabinet d’avocats. La dernière affaire date du 7 juin. Quatre organisations, dont la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH), ont assigné Suez en se reposant sur le devoir de vigilance. Les ONG lui reprochent de ne pas avoir mis en place de mesures préventives et correctives suffisantes pour prévenir des fuites de pétrole dans une usine d’eau potable alimentant plus de 140 000 personnes dans la ville d’Osorno au Chili.

"Il y a une judiciarisation de la RSE (responsabilité sociétale des entreprises)", croient Sébastien Mabile et François de Cambiaie, les deux avocats qui sont en charge du dossier qui oppose un collectif d’associations et de collectivités à Total. "Aujourd’hui, la RSE ce n’est plus de belles paroles sans engagement, il y a une responsabilisation des entreprises et le contentieux fait partie de la palette mise à disposition pour faire bouger les lignes", ajoutent-ils.

LES ENTREPRISES VEULENT RECRUTER ET CRAIGNENT DES PÉNURIES DE PERSONNEL

Avec la reprise économique qui se profile, les employeurs craignent de manquer de personnel. Selon le baromètre ManpowerGroup*, 88% des dirigeants d’entreprise français déclarent avoir des difficultés à recruter, en hausse de 34 points par rapport à 2019. C’est même un niveau jamais atteint depuis 15 ans, selon le cabinet de recrutement qui souligne que "la crise sanitaire a marqué un grand bouleversement de compétences". Parmi les métiers les plus recherchés en France figurent les fonctions Opérations et Logistique (35%), Industrie et Production (25%), les profils administratifs (9%) ou encore ceux des Service Clients (8%), IT/Data (8%) ainsi que les profils Sales & Marketing (6%).

Signe du regain de confiance des chefs d’entreprise, les intentions d’embauche au troisième trimestre 2021 sont en forte hausse. 3 employeurs sur 10 prévoient même de retrouver des niveaux d’embauche d’avant Covid d’ici fin septembre.

INVESTISSEMENT DIRECTS ETRANGERS : LA FRANCE TROP DEPENDANTE DE L'EUROPE ?

En 2020, avec 985 annonces d’investissements directs étrangers (IDE) enregistrées en 2020, la France demeure la première destination des IDE en Europe devant le Royaume-Uni (975) et l’Allemagne (930). Une bonne performance obtenue dans le contexte de la crise sanitaire mondiale, qui, comme dans d’autres pays européens, tient à la crédibilité du plan de relance économique. 44 % des dirigeants d’entreprises étrangères interrogés jugent en effet le plan de relance français plus performant que celui de la plupart des autres pays. De même, le passage de l’impôt sur les sociétés à 25 % à compter de 2022 et la baisse programmée des impôts de production (20 milliards d’euros sur 2021 et 2022) sont bien accueillis par les investisseurs étrangers, souligne l’étude.

Cependant, à regarder de plus près, les chiffres sont moins enthousiastes. Le nombre de projets d’investissement d’entreprises étrangères, qui représente un tiers du commerce extérieur tricolore et emploie 2,3 millions de personnes, a baissé de 18 % par rapport à 2019, soit une baisse plus importante que le Royaume-Uni (-12 %) et l’Allemagne qui, malgré une année qui a rebattu les cartes du commerce mondial, a vu ses IDE fléchir de seulement 4%.

CONTENUS

PLUS DE

ETUDE : LES FEMMES DIRIGEANTES EN 2021

LE CRM, AU COEUR DES NOUVELLES  ORGANISATIONS DE TRAVAIL

Episode 2 du Rendez-Vous Ellisphere : La RSE, une politique volontariste