LA REVUE ELLISPHERE

Au programme cette semaine !

Sortie de crise : l'optimisme des chefs d'entreprise décolle

Le Fonds de solidarité a-t-il rempli sa mission ?

Private equity : pour 50% des investisseurs, l'ESG améliore la performance

SORTIE DE CRISE : L'OPTIMISME DES CHEFS D'ENTREPRISE DECOLLE

Selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs (GCE) réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI, l'indice qui mesure l'optimisme chez les dirigeants a atteint 108 points en juin contre 82 en mai, un niveau inédit depuis octobre 2019. Cet optimisme est d'ailleurs partagé par toutes les tailles d'entreprises. Le niveau d'optimisme atteint 108 points dans les établissements de moins de neuf salariés et 107 dans les sociétés de plus de 9 salariés. Sur la situation actuelle, ils sont 47% (+20 points) à déclarer que "tout va très bien en ce moment". L'accélération de la vaccination et la réouverture de l'économie ont contribué à redonner de la confiance dans les milieux dirigeants à l'approche de l'été.

L'un des principaux enseignements de cette enquête est que la confiance dans les perspectives décolle. Ainsi, 86% (+ 6 points) des répondants affirment qu'ils sont confiants dans l'avenir de leur entreprise. Derrière cette moyenne, il existe cependant quelques disparités en fonction des secteurs et de la taille des entreprises. Dans la construction, l'industrie et les services, le pourcentage de répondants confiants dépasse 80%. Dans le commerce, cette proportion est plus réduite (75%).

PRIVATE EQUITY :  POUR 50% DES INVESTISSEURS, L'ESG AMELIORE LA PERFORMANCE

Les trois quarts des institutionnels interrogés en Amérique du Nord, en Europe, en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient pour la dernière édition en date de son Baromète Global Private Equity déclarent que les enjeux liés au changement climatique et le secteur de la santé, incluant les biotechnologies, impacteront leurs priorités d’investissement post-Covid. La moitié des investisseurs estime aussi qu’une « solide » politique en matière d’ESG peut améliorer les performances du non-coté. Si les risques pesant sur les rendements ont beaucoup augmenté, il est toujours « opportun » d’investir dans des fonds de private equity. C’est également ce que révèle le Baromètre Global Private Equity 2020-2021 de Coller Capital.

Par ailleurs, deux investisseurs sur cinq ne souhaitent pas réinvestir auprès de leurs gérants existants lors de leur dernière levée de fonds, en raison de performances plus faibles qu’attendues, et près de la moitié d’entre eux noueront plus rapidement des relations avec de nouveaux gérants dans les 18 prochains mois. Une majorité d’Américains et d’Européens fait observer qu’il devient « plus compliqué » de sélectionner les « bons gérants » et les « bons fonds". Les deux tiers des investisseurs sont « plus satisfaits » de leur travail, 50 % d’entre eux se disant « plus productifs » depuis l’apparition de la Covid-19.

LE FONDS DE SOLIDARITE A-T-IL REMPLI SA MISSION ?

Mis en place dès le mois de mars 2020, le fonds de solidarité est la troisième mesure la plus chère pour l’État : 29,97 milliards d’euros ont été distribués, selon les données disponibles sur le site du gouvernement – 30,5 milliards à date, selon Olivier Dussopt, le ministre délégué en charge des Comptes publics. Il est devancé par les Prêts garantis par l’État (137 milliards d’euros) et l’activité partielle (35 milliards). Mais là où les PGE ont bénéficié à un peu plus de 677 000 entreprises, dont 6% de PME et 88% de TPE (soit 635 000 entreprises environ), le Fonds de solidarité a ratissé plus large : plus de 2 millions d’entreprises ont perçu une aide à ce titre. Et l’aide s’est concentrée sur les très petites entreprises et les entrepreneurs individuels, puisque 49% des montants alloués l’ont été à des entreprises employant de 0 à 9 salariés et 31,3% à des entreprises individuelles.

Le Fonds de solidarité a aussi été plus généreux avec les entreprises situées en région. Alors que plus de 37% des montants des PGE sont allés à des entreprises franciliennes, celles-ci n’ont engrangées que 24% des aides distribuées par le Fonds de solidarité. Les montants ont été ainsi mieux répartis entre les différentes régions métropolitaines.

CONTENUS

PLUS DE

PODCAST : Quelle situation pour les femmes en entreprise ? 

RENDEZ-VOUS ELLISPHERE EPISODE 4 : L'organisation au sein des entreprises

ARTICLE : Ellisphere, acteur engagé du monde d'aujourd'hui et de demain