LA REVUE ELLISPHERE

Au programme cette semaine !

Plan de relance : 26 milliards d'euros engagés, combien réellement dépensés ?

La RSE n'est plus l'apanage des grands groupes, PME et ETI doivent s'en saisir !

Jersey inflige une amende à la Société Générale

PLAN DE RELANCE : 26 MILLIARDS D'EUROS ENGAGÉS, COMBIEN RÉELLEMENT DÉPENSÉS ?

L'horizon économique est loin d'être dégagé. Près d'un an après l'arrivée du virus sur le territoire européen, le gouvernement est empêtré dans une crise sanitaire et économique à rallonge. La mise en œuvre de confinements locaux, l'accélération des variants sur les chaînes de contamination et le fiasco de la campagne de vaccination freinent le redémarrage de l'économie tricolore. Dans ce contexte tendu, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire veut accélérer le déploiement du plan de relance. 

Le prolongement de la crise sanitaire oblige sans cesse l'exécutif à jongler entre les mesures d'urgence et les mesures de relance depuis septembre 2020. Cette situation empêche les principaux leviers économiques de redémarrer efficacement.  Bruno Le Maire a annoncé que 16 milliards d'euros de crédit au titre du plan de relance avaient été engagés, auxquels il faut ajouter 10 milliards d'euros de baisses d'impôt de production. Les sommes effectivement dépensées pourraient être moins élevées.

JERSEY INFLIGE UNE AMENDE À LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

La commission des services financiers de Jersey (JFSC) a décidé de sanctionner trois entités de la banque française pour avoir notamment "échoué à démontrer qu'elles avaient mis en place des systèmes de gestion des risques adéquats", indique-t-elle dans un communiqué publié mi-février et rapporté par Les Echos.  Le régulateur financier de Jersey leur a donc infligé une amende de près de 720 000 livres (environ 830 000 euros) pour des manquements à la lutte contre le blanchiment.

Souvent considérée comme un paradis fiscal, l'île de Jersey avait annoncé en 2019, sous pression de l'UE, une série de mesures afin d'amener davantage de transparence financière. Les trois entités sanctionnées sont des affiliées de SG Kleinwort Hambros, une filiale britannique de Société Générale, dédiée à la banque privée et à la gestion de patrimoine.

LA RSE N'EST PLUS L'APANAGE DES GRANDS GROUPES, PME ET ETI DOIVENT S'EN SAISIR !

Si la crise de la Covid-19 a ravivé l'importance du rôle sociétal des organisations, avec des consommateurs et des investisseurs de plus en plus sensibles sur le sujet, les PME et ETI ont largement démontré leur contribution à cette tendance de fond.  Durant la crise sanitaire, elles ont été au plus près des Français, notamment pour délivrer des services, permettre le fonctionnement des circuits courts et maintenir ou créer du lien social. Les PME et ETI sont des acteurs de proximité qui contribuent fortement au développement économique, écologique et social de notre pays.

La transition sociale et environnementale de notre pays se fera avec les PME et ETI ou ne se fera pas. L'attente est d'ores et déjà très forte sur les démarches responsables de ces entreprises, car elles sont souvent les fournisseurs et sous-traitants de grands donneurs d'ordres, eux-mêmes soumis à des obligations de reporting extra-financier. Dans ce contexte, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour les aider à se saisir pleinement des enjeux liés à leurs impacts sociaux et environnementaux tout en favorisant leur développement économique.

CONTENUS

PLUS DE

QUELLES TENDANCES POUR LA DATA MARKETING EN 2021 ?

WEBINAR : SCORE DE DÉFAILLANCE ET CRISE COVID

DATA ET IA, VERS PLUS DE RESPONSABILITÉ...