Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

Le secteur Pharmaceutique

Le secteur Pharmaceutique

En France, le secteur pharmaceutique est considéré comme mature, et par ailleurs très réglementé tant dans sa production que sa distribution. De fait, il est encadré par les pouvoirs publics à tous les niveaux : mise sur le marché, remboursement, réseau de distribution.

Une population d’entreprises en recul  

Avec près de 26 800 entreprises, la filière pharmaceutique représente 0,3 % du tissu entrepreneurial français ; elle enregistre une baisse de 0,5 % du nombre d’entreprises entre 2017 et 2018. Les acteurs économiques qui la composent sont à 87 % des officines pharmaceutiques et à 12 % des répartiteurs et grossistes.

La filière pharmaceutique compte près de 235 200 salariés, soit 1 % des effectifs salariés métropolitains tous secteurs d’activité confondus. Les salariés de la filière se répartissaient quasi à parts égales : 39 % pour les officines, 33 % pour les industriels producteurs et 28 % pour les grossistes-répartiteurs.

La répartition territoriale se caractérise par deux régions largement en tête avec 21 % des entreprises et 39 % des salariés en Ile-de-France, et 12 % des entreprises et 16 % des salariés en Auvergne-Rhône-Alpes. Viennent ensuite les Hauts-de-France et PACA. 

 

 

Un secteur concentré  

En France, la filière pharmaceutique représente 3 % du chiffre d’affaires total réalisé par toutes les entreprises, tous secteurs confondus. L’activité apparaît concentrée : 58 % du chiffre d’affaires de la filière sont réalisés par les entreprises de plus de 250 salariés, essentiellement répartie entre grossistes-répartiteurs (50 %) et producteurs industriels (21 %).

Coté distribution, les dernières années ont été marquées par des restructurations chez les grossistes-répartiteurs, ainsi qu’un affaiblissement de la trésorerie des officines qui doivent faire évoluer leur business-model.
Côté industriels, les investissements restent faibles dans l’Hexagone, d’autant que dans le même temps, beaucoup de brevets de molécules sont tombés dans le domaine public sans nouveaux produits en remplacement. Dans ce contexte difficile, les plans sociaux ont ainsi été nombreux. 

 

Une faible sinistralité

Oscillant depuis 2010 entre 120 et 140 défaillances annuelles*, la sinistralité du secteur reste faible. Elle ne représente que 0,2% des défaillances métropolitaines avec un taux de défaillances de 0,5 %**. Les défaillances touchent à 63 % les officines, affectées par des trésoreries de plus en plus tendues dans un contexte de contrôle des dépenses de santé et de déremboursement de produits. Dans les faits, le nombre de pharmacie reste stable car la réorganisation du secteur passe par des rachats de fonds défaillants devenant des succursales. 

*ouvertures de redressement judiciaire et de liquidation judiciaire directe sur 12 mois glissants
**rapport entre la population active et les entreprises défaillantes

Vous souhaitez nous contacter ?

Besoin d'une information sur nos solutions ? Envie de nous rejoindre ?
L'équipe Ellisphere est là pour répondre à vos questions.

Nous contacter

Entrez en contact avec l'équipe Ellisphere

Écrivez-nous

Charte transparence

Vous souhaitez connaître le score de votre entreprise ?

Votre score

Newsletter

Découvrez les derniers articles de notre blog

Abonnez-vous