Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Contactez-nous

Nous recrutons

Auvergne-Rhône-Alpes, deuxième région économique de France

Auvergne-Rhône-Alpes, deuxième région économique de France

Créée en décembre 2015 lors du regroupement des deux anciennes régions éponymes, l’Auvergne-Rhône-Alpes englobe désormais douze départements sur près de 69 700 km² et pour environ 7,9 millions d’habitants.

Avant cette fusion, la seule région Rhône-Alpes était déjà la seconde région économique française, derrière l’Île-de-France, une position désormais confortée par l’intégration de l’Auvergne.

Deuxième tissu économique français

Avec 1,2 million d’entreprises actives pour 2,5 millions de salariés, soit respectivement 13 % et 11 % du total national, la région Auvergne-Rhône-Alpes est le deuxième pôle économique de France métropolitaine. Entre 2017 et 2018, la croissance du tissu entrepreneurial de cette région est restée limitée (moins de 1 %). Celui-ci se compose à 40 % d’entreprises individuelles et près de 25 % de sociétés commerciales.

Plus de 55% des acteurs ont plus de 10 ans d’existence.

Par département, le Rhône, l’Isère et la Haute-Savoie cumulent le plus d’entreprises (50 %). En effectifs salariés, le podium est occupé par le Rhône, l’Isère et la Loire qui représentent 58 % des effectifs régionaux. Au palmarès des villes qui comptent le plus d’entreprises et de salariés, se trouvent Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand et au quatrième rang Saint-Etienne.

Par secteur d’activité, si le trio habituel Bâtiment et Travaux publics, Services aux particuliers et Services aux entreprises est présent dans le top 5, deux autres secteurs ressortent plus singulièrement : les Services collectifs et l’Agriculture. Ces cinq secteurs représentent au total 66 % des acteurs économiques et près de 56 % des effectifs salariés de la région.

Un chiffre d’affaires concentré sur trois départements

La région Auvergne-Rhône-Alpes se hisse au deuxième rang métropolitain, représentant entre 8 à 9 % du total du chiffre d’affaires des entreprises métropolitaines. Le département du Rhône caracole en tête avec plus du tiers de l’activité (38,4 %), suivi de l’Isère (14 %) et de la Haute-Savoie (9,4 %), soit avec ces seuls départements près des deux tiers du total du chiffre d’affaires réalisés par les entreprises de la région.

Les trois premiers secteurs en termes de chiffre d’affaires sont le Bâtiment et Travaux publics (13 %), les Moyens de transport, constructeurs, équipementiers et distributeurs (10 %) et les Biens d’équipements industriels (9 %).

Le chiffre d’affaires régional se concentre sur les PME (35 %) et les ETI (40 %), une proportion supérieure à la moyenne nationale. Les entreprises de plus de 250 salariés n’en représentent que 31 % et celles de plus de 50 salariés 51 %. En revanche, la concentration est plus nette par classe d’âge, près de 70 % du chiffre d’affaires sont ainsi réalisés par les entreprises ayant plus de 20 ans d’existence.

Une sinistralité toujours orientée à la baisse

À fin 2018 et sur 12 mois glissants, la région enregistre un peu plus de 6 400 défaillances (ouvertures de redressement et liquidation judiciaire directe), soit près de 12 % du total national, se positionnant ainsi au second rang des régions métropolitaines derrière l’Île-de-France. Sur la région, près de 17 700 postes salariés en moyenne sont ainsi menacés par les défaillances.

Alors qu’en 2018 plusieurs régions ont vu leur sinistralité repartir à la hausse, le nombre de défaillances en Auvergne-Rhône-Alpes reste, pour l’heure, mieux orienté que sur l’ensemble du territoire avec un recul de près de 6 % en 2018, contre une quasi-stagnation au plan national. Par ailleurs, le taux de défaillance (rapport entre entreprises actives et défaillantes) demeure limité à 0,5 % contre 0,6 % en France métropolitaine.

Le plus lourd tribut est payé par les TPE ou microentreprises qui représentent plus de 90 % des défaillances de la région.

Les départements du Rhône, de l’Isère et de la Loire regroupent la majorité des défaillances régionales (51 %). Certains départements comme le Cantal, l’Ardèche et l’Allier souffrent particulièrement et affichent à fin 2018 des progressions de leur sinistralité supérieures à 8 %.

]]>

Vous souhaitez nous contacter ?

Besoin d'une information sur nos solutions ? Envie de nous rejoindre ?
L'équipe Ellisphere est là pour répondre à vos questions.

Nous contacter

Entrez en contact avec l'équipe Ellisphere

Écrivez-nous

Charte transparence

Vous souhaitez connaître le score de votre entreprise ?

Votre score

Newsletter

Découvrez les derniers articles de notre blog

Abonnez-vous