Qui sommes-nous ?

Métiers & Expertises

Enjeux & Solutions

Blog & Actualités

Nos publications

Contactez-nous

L’importance des fonds propres en période de crise

L’importance des fonds propres en période de crise

Les fonds propres, aussi appelés capitaux propres, constituent un élément financier important aux yeux des investisseurs et des banques. Bernard Simon, chef de marché en gestion des risques chez Ellisphere revient sur leur rôle essentiel en temps de crise.

En cette période de crise Covid, durant laquelle les entreprises sont à la recherche de liquidités, l’absence de fonds propres est un facteur de vulnérabilité. La direction générale du trésor dans un billet publié le 25 août par sa chef économiste Agnès Benassy-Quéré, chiffre la panne de fonds propres à environ 10 milliards d’euros.

Les fonds propres ou capitaux propres reflètent la santé financière d’une entreprise et sa capacité à investir. Dans sa définition, il s’agit du capital social complété des réserves (ou report à nouveau), des bénéfices non distribués des exercices antérieurs, du bénéfice de l’exercice, des provisions réglementées déduites des pertes. Son niveau rassure les parties prenantes : clients, fournisseurs, banques, personnel, Etat. Ceci permet à l’entreprise de :

  • Disposer immédiatement de liquidités pour financer son développement
  • Rassurer les investisseurs lors de demande de financement
  • Démontrer son sérieux concernant sa capacité à faire face à ses échéances commerciales, sociales et fiscales actuelles ou futures sans recourir à des sources de financement externes

 

Le Prêt Garanti par l’État (PGE) : liquidités et augmentation de la dette

Pour aider les sociétés en difficultés, le gouvernement a mis en place le Prêt Garanti par l’État (PGE), à hauteur de 300 milliards d’euros. Cet emprunt a une durée d’un an avec une extension possible jusqu’à cinq années, dont le montant peut représenter jusqu’à trois mois de chiffre d’affaires 2019, ou deux années de masse salariale. Le PGE a été créé pour aider les entreprises saines à couvrir leur manque de trésorerie.

Il a pour inconvénient de ne pas servir l’investissement (matériel, compétence, opportunités d’affaires…) mais à compenser un manque à gagner, lié à des besoins en liquidités. Cela augmente le ratio l’endettement* par rapport au montant de ses capitaux propres dans un contexte où l’endettement est déjà élevé.

Selon la banque de France, le taux d’endettement des sociétés françaises non financières en 2019 s’est élevé à 74,3 % du PIB, contre 64,5 % en Italie et seulement 41,3 % en Allemagne. Cette faiblesse structurelle en capitaux propres du tissu économique français est un facteur de fragilité supplémentaire. Elle présente en période de crise, toutes les composantes pour que le nombre de procédures collectives et de restructurations augmente.

Seul un redémarrage rapide de l’activité permettrait de diminuer les effets négatifs attendus. Cette reprise progressive et partielle ne gommera pas les effets du confinement sur la croissance des entreprises.

 

Les capitaux propres : un gage de solvabilité et de pérennité

Devant l’insuffisance en fonds propres des entreprises, les fournisseurs vont hésiter à accorder du crédit inter-entreprise. Les fonds propres constituent une ressource précieuse pour l’entreprise et un gage de solvabilité et de pérennité pour les créanciers dont la mesure se fait notamment avec le ratio d’indépendance financière (capitaux propres/capitaux permanents). Ce ratio mesure le degré de dépendance de l’entreprise vis-à-vis des financements extérieurs. Il permet de comprendre d’où proviennent ses ressources financières. Un excès d’endettement dégrade la performance des capitaux propres et conduit à fragiliser l’entreprise tout en réduisant sa marge de manœuvre et de décision.

L’impact du confinement a remis en avant l’importance de la capitalisation des entreprises. Il a également modifié en profondeur leurs stratégies d’endettement dans la recherche de liquidités. Cette insuffisance en capitaux propres des sociétés françaises met également à mal le mythe de l’entreprise à un euro. Cette possibilité offerte par la loi est une machine à illusions. En effet, elle ne rassure pas les partenaires financiers, les fournisseurs et les clients dans les échanges commerciaux.

 

En conclusion 

Avec la crise actuelle, les bilans des entreprises françaises risquent d’être durablement déséquilibrés. Surtout si l’on n’entrevoit pas à moyen terme une recapitalisation d’envergure de leur capital social. Plus le montant des capitaux propres d’une entreprise sera important plus les fournisseurs, clients et potentiels investisseurs seront rassurés sur la pérennité de l’entreprise. Il constitue une garantie de solvabilité. C’est une somme d’argent disponible, prête à parer aux difficultés rencontrées par l’entreprise.  Plus que jamais, l’importance des capitaux propres est inestimable. Ils garantissent la confiance des créanciers et la survie de l’entreprise menacée par un manque de liquidités.

Vous souhaitez nous contacter ?

Besoin d'une information sur nos solutions ? Envie de nous rejoindre ?
L'équipe Ellisphere est là pour répondre à vos questions.

Nous contacter

Entrez en contact avec l'équipe Ellisphere

Écrivez-nous

Charte transparence

Vous souhaitez connaître le score de votre entreprise ?

Votre score

Newsletter

Découvrez les derniers articles de notre blog

Abonnez-vous